Ces réseaux sociaux qui prennent des vies

Encore une fois, une fois de trop, une adolescente a mis fin à ses jours en Malaisie, après avoir publié sur Instagram … un sondage posant la question surprenante ” aidez-moi à choisir entre vivre et mourir”.

Si l’initiative étrange de cette jeune fille est choquante, le résultat du sondage l’est encore bien plus: 69% des internautes ont voté pour la mort contre 31% pour la vie !

Comment est-il possible pour un être humain normalement constitué de pousser un autre être humain, qui que ce soit, et à plus forte raison une personne inconnue, à se donner la mort ?

La course au “clic” est un phénomène terriblement destructeur, comme le rappellent régulièrement les divers services de santé publique, et génère des centaines de milliers de victimes chaque jour. Mais le pire dans ce domaine est de voir que la populace peut en toute impunité se défouler et donner vie à ses fantasmes les plus odieux sur d’autre personnes, simplement grâce à cette forme d’anonymat que les réseaux sociaux favorisent, et accélérant ainsi la banalisation des choses les plus graves.

L’un des co-fondateurs de Facebook, Chris Hughes, qui a quitté le groupe en 2012, a affirmé récemment dans une série de conférences que son ancien co-équipié, Marc Zuckerberg, avait créé un véritable “Léviathan”, et a rappelé le pouvoir énorme qu’il possède sur les choix des utilisateurs. Ce personnage, poursuit-il, a plus de pouvoir et d’influence sur les êtres humains qu’aucun gouvernement ne pourra jamais en avoir sur son pays. Il appelle à nouveau les autorités à faire pression pour que ce groupe, devenu énorme, soit scindé, et que ses branches principales, les plus dangereuses (Instagram, Whatsapp, Facebook), ne puissent plus interagir comme elles le font aujourd’hui. Il appelle également son ancien associé à prendre réellement la dimension de ce qu’il a créé, et la totale responsabilité des conséquences provoquées par son empire.

Combien de morts, de victimes, de dépressions, de dégâts faudra-t-il encore pour que les internautes réalisent que ce pouvoir gigantesque et violent n’est rien d’autre que la confiance aveugle qu’ils accordent à ces géants d’internet, et qu’à chaque “clic” ou “like” effectués sur ces plateformes, ils rapprochent un peu plus cette “main qui prend” sur leurs propres têtes, comme sur celles de chacun de nous ?

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*