Remplacer les services intrusifs

Supprimer purement et simplement les outils et services intrusifs de son environnement n’est pas toujours possible. Le monde connecté peut rendre de grands services, à condition de bien choisir ses partenaires et solutions.

email

Les services e-mail de certains opérateurs, tels que Google par exemple, ouvrent et analysent tous vos courriers entrants et sortants, ou utilisent certaines informations liées à vos messages pour en faire du commerce, du profilage, etc. Vérifiez les Conditions d’utilisation des fournisseurs pour vous assurer être en conformité avec la Loi, pour protéger votre espace de confidentialité, et aussi et surtout pour protéger toutes les personnes entrant en contact avec vous.

La meilleure solution consiste à utiliser un nom de domaine vous appartenant (à louer auprès de prestataires autorisés, comme Namebay, Infomaniak, …) et à gérer vos emails sous ce nom de domaine en utilisant de préférence un hébergeur local, voir avec un NAS directement chez vous (requiers des connaissances technique et une très bonne connexion internet).

Groupes de messagerie et d’échange

On le sais, WhatsApp, la plus connue et utilisée aujourd’hui, est aussi la plus dangereuse et la plus intrusive du marché, à tel point que cette société, en main du groupe Facebook, est continuellement sous les feux juridiques de plusieurs pays. Le fait d’être gratuit ne devrait pas inciter à installer une application, aussi sexy soit-elle, au contraire, cela devrait inciter à une réflexion sur la manière dont ces sociétés “facturent” leurs prestations.

Il existe plusieurs solutions concurrentes à WhatsApp, mais, à l’heure actuelle, une seule se présente avec une attitude respectueuse des lois et des utilisateurs : Threema.

Cette jeune entreprise Suisse a conçu un outil aussi performant que sa grande concurrente, mais avec l’avantage de ne faire aucun business avec nos données personnelles. Elle récupère beaucoup moins de données que ses concurrentes, uniquement celles utiles à l’usage du service, et ne transfère aucune de ces données à des tiers, à l’exception de la géolocalisation où elle utilise le service Google. Cependant, cette application fonctionne à 100% même en désactivant cette partie. Cette société vit de manière saine sur le coût des licences (env. CHF 3.– pour la partie principale), et héberge l’entier de sa technique en Suisse, soumise donc à l’une des lois sur la protection des données la plus stricte d’Europe.

Cloud et backup

La plupart des géants d’internet, des fabricants d’ordinateurs, de smartphones et de tablettes, proposent, pour ne pas dire imposent, des solutions de “cloud” et de “backup” externalisés, pour la plupart aux USA ou dans des pays pauvres en matière de lois. C’est en principe gratuit, et automatiquement installé. En laissant vos données partir dans des sociétés connues pour leurs pratiques en matière d’intrusion dans la vie privée des utilisateurs, vous acceptez perdre en quelques sorte le contrôle de vos informations, et pour certains acteurs du marché, vous leur accordez même l’autorisation d’utiliser ces données pour effectuer du profilage.

En dehors de solutions professionnelles, plutôt réservées aux entreprises de part leurs coûts, certains fabricants de NAS (élément de stockage local doté d’un système d’exploitation lui permettant d’être relié sur votre réseau informatique comme un ordinateur), offrent des solutions de cloud et de backup totalement privés, permettant de garder ses données chez sois et de faire de la synchronisations (cloud) avec vos différents appareils, voir avec d’autres utilisateurs. L’avantage d’un système de ce type est de vous laisser un total contrôle de l’usage et de l’accès à vos données. On peut notamment citer les marques Synology et Qnap, mais ce type de fonctionnalité se trouve certainement sur d’autres marques.